Fleurkipouss – S*** P***

La vie d’une universitaire est passionnante à vivre.

Docteur en sciences humaines, je suis bardée de diplômes que mes parents se sont échinés à me permettre d’avoir. Chez nous, ce sont plutôt les garçons qui portent l’espoir de leurs parents vers une vie plus confortable. Pour moi, la petite S***, rien n’était gagné d’avance.

Mon enfance a été heureuse mais pauvre. J’ai tout de même pu étudier dans la salle unique de notre école où le maître me prêtait les livres des classes supérieures, quand je finissais mes exercices plus tôt que les autres. Le collège, puis le lycée sont passés comme dans un rêve et mes parents ont accepté en pleurant de joie les sacrifices nécessaires pour m’envoyer à l’université. La bourse pour finir ma thèse à l’étranger a été ma consécration, même si mes parents ne comprennent pas bien l’intérêt de lire et commenter des inconnus comme Bourdieu ou Marx.

Le domaine de mon père, c’est la terre, où sont aussi mes racines. Ma mère règne plutôt dans la cuisine et sur les enfants. Pour mon bonheur, ils n’ont pas voulu que mes ailes soient engluées dans l’existence laborieuse qui attend mes voisines.

Je suis devenue professeur dans la plus prestigieuse université du pays. Durant toutes ces années, chaque fois que j’ai enfilé une jolie robe, je me suis souvenue des blouses grossières de mon collège. Quand je porte des escarpins, je n’oublie pas combien j’ai marché les pieds presque nus. Pas une goutte de parfum ne peut me faire oublier les odeurs de bétail qui m’ont accompagnées durant ma scolarité.

Mon mari, rencontré alors que nous passions tout juste notre doctorat, m’a fait découvrir que la vie pouvait aussi être légère et pas uniquement un alignement d’heures studieuses. Brillant cerveau mais également brillantissime amant, nous avons joyeusement découvert et exploré nos intimités.

Esthète sur tous les sujets, il aimait me faire des surprises, des plus élevées aux plus frivoles. Ame généreuse, il m’a gâtée en voyages et en livres, mais aussi en bijoux et surtout en lingerie fine, dont il faisait venir spécialement de Paris l’intégralité du catalogue de notre marque préférée.

Je ne pense pas à lui sans frissonner, même encore maintenant…

Par contre, cet esprit cultivé et bienveillant ne transigeait pas sur l’éthique. Quand les Grandes Ténèbres se sont abattues sur nous, il s’est comporté selon sa conscience : rebelle à la bêtise et dressé face à l’obscurantisme des tyrans.

Il en est mort, abattu puis sali par ceux qui nous maintiennent dans la peur. En rentrant du cimetière, j’ai trouvé les affaires de mon bureau jetées dans le couloir par mon successeur à la chaire de sociologie, précédemment magasinier au restaurant universitaire.

Je ne peux pas me révolter de la même manière que mon mari, à manifester face aux fusils, en tête des cortèges : je dois survivre pour nos deux enfants.

Alors je résiste avec mes moyens, à la fois pour les autres, dans mon action clandestine à enseigner aux filles à lire et à écrire, mais aussi pour moi, en portant chaque jour mes plus jolies parures et mes plus fins sous-vêtements, indéfiniment soyeux sous cette burqa qui m’étouffe.

4 commentaires sur “Fleurkipouss – S*** P***

  1. Je te souhaite un joyeux Noël,
    et puis, bien tardivement,
    je te remercie pour ton beau cadeau d’Abbé Cédaire !
    J’espère que tu ne m’en veux pas de ce retard : les lares.dons, quoique dons du foyers, ont été très accaparants… et les lares.dons des zôtres ôssi ! 😉
    Je te fais mille bisous étoilés,
    que cette nuit de Noël te soit douce,
    Galatée

    J'aime

  2. L’Abbé Attitude ne renierait certes pas cette forme de résistance… A chacune sa force et son mode de communication, à chacun sa quête et ses projets, à tous une aube lumineuse en ce début d’année, même s’y fait froid, si possible !

    J'aime

  3. merci pour cette belle histoire .J’admire ta force et ton courage.je suis professeur et français et je travaille en ce moment sur le conte avec mes élèves de CAP. .. J’espère que tu tiens le coup… si tu veux me contacter pas de problème…Je t’embrasse

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s